Accès au forfait d’octobre

Tu peux, à l’heure que tu veux, te retirer en toi-même. Nulle retraite n’est plus tranquille ni moins troublée pour l’être humain que celle qu’il trouve en son âme. Marc Aurèle

Bienvenue à votre studio en ligne!

Vous trouverez ci-dessous les quatre séances sur vidéo. Entrez le mot de passe pour accéder à la vidéo de votre choix.

L’accès sera disponible ici du 15 du mois au 14 du mois prochain.

Encore un petit mot avant de vous faire bouger, respirer, relaxer et méditer : vous m’aiderez à protéger mon gagne-pain en évitant de partager mes vidéos. Un gros merci!

Bon yoga,
Annette Kerckhoff Ph.D., professeure et formatrice de yoga, yogathérapeute
Propriétaire du Centre de Yoga Québec

Notre thème philosophique cet automne :

Le stress créé par l’éclosion de COVID-19 se joue entre deux parties de notre cerveau. Les techniques qui nous mettent en contact avec nos sentis physique et émotionnel, comme le yoga classique, peuvent nous aider à nous sentir mieux, selon un récent article publié dans Psychology Today par Elizabeth A. Stanley Ph.D. (2020).

Les recherches récentes dans le domaine des neurosciences proposent un modèle double dans notre cerveau : le cerveau « des pensées » et le cerveau « de survie ». Le cerveau « des pensées » (néocortex) est verbal. Il pense, planifie, analyse et essaie d’anticiper et de trouver des solutions. Il est responsable des pensées qui tournent parfois inlassablement dans notre tête. Le cerveau « de survie » (cervelet, tronc cérébral et système limbique) est directement lié au corps et aux émotions. Il n’est pas verbal, contournant les pensées et activant plutôt les neurotransmetteurs et les hormones qui produisent des sensations physiques comme des douleurs, et des émotions comme l’anxiété.

Le dilemme actuel

Le cerveau « des pensées » n’aime pas l’incertitude. Il a besoin d’informations pour alimenter ses réflexions et pour trouver des solutions. Le cerveau « de survie » n’aime pas ce qui est nouveau, imprévisible et incontrôlable. Il cherche la sécurité. Pour satisfaire le cerveau « des pensées », nous écoutons les nouvelles, et nous sommes donc en mesure de prendre certaines décisions. Le problème, c’est que les nouvelles nous rappellent l’incertitude causée par la COVID, alors le cerveau « de survie » envoie des messages de stress à notre corps et à notre esprit, créant possiblement des douleurs et des émotions difficiles.

La stratégie

Le yoga classique est particulièrement efficace pour apaiser le cerveau « de survie » car vous écoutez ses messages en prenant soin de votre corps et de votre coeur. Pour la session d’automne, je vous propose des postures pour relâcher votre cou, vos épaules et votre dos, tout en renforçant votre colonne. Les pranayamas sont apaisants et enracinants. Je vous suggère de faire évoluer le bhavana :

Pour le forfait de septembre, je vous ai proposée de ramener votre mental dans l’instant présent afin de cultiver des pensées rassurantes.

Pour le forfait d’octobre, je vous propose de prendre conscience de vos points d’appui et de vous y déposer pleinement. C’est une stratégie connue pour développer les fonctions du premier chakra, le centre énergétique de la terre. Selon les enseignements yogiques, le premier chakra augmenterait la stabilité physique, mentale et émotionnelle. Lors de vos séances, je vous invite à prendre conscience de ce qui vous soutien, protège et sécurise moralement. Vous pourrez vous connecter à votre coeur pour ressentir de la gratitude envers les personnes et les dimensions qui vous réconfortent, et qui vous aident à retrouver un certain équilibre. L’expérience de la stabilité rassure le cerveau « de survie », si ce n’est que le temps d’un instant, le temps d’une séance de yoga.

Foire aux questions :

Approfondissez votre compréhension de la pratique du yoga classique en lisant mes réponses aux questions fascinantes des membres de notre communauté yogique : Foire aux questions.

Séance matinale d’octobre :

Durée :

18 minutes

Équipement :

Un banc ou une chaise pour les flexions debout

Bhavana :

IN « Ici, maintenant » ; EX « Je prends conscience de mes points d’appui. »

Séance automnale pour bouger :

Durée :

I heure 4 minutes

Équipement :

  • un banc ou une chaise pour les flexions debout
  • un futon et une serviette pliée comme supports pour le travail à genoux
  • un coussin, un sac de graines de lin et une couverture pour la relaxation

Bhavana :

IN – « Ici, maintenant »
EX – « Je cultive des pensées rassurantes »

Séance automnale pour relaxer :

Durée :

1 heure 2 minutes

Équipement :

  • un gros coussin ou un banc et une serviette pliée comme supports
  • un petit coussin pour votre tête, un sac de graines de lin et une couverture pour la relaxation

Bhavana :

Cultivez des pensées rassurantes, sécurisantes.

Séance automnale pour méditer :

Durée :

43 minutes

Équipement :

  • Un chaise, un banc ou un coussin pour vous asseoir.
  • Une serviette pliée comme support pour le vinyasa à genoux.

Bhavana :

Cultivez des pensées rassurantes.