Précautions et contre-indications

Quelques précautions concernant les inversions

Lors des pratiques, vous aurez l’option d’exécuter des postures avec ou sans inversions. Les inversions sont une catégorie de postures où la tête se situe plus bas que le bassin. Dans une inversion, certains adeptes de yoga ont vécu des effets physiologiques indésirables et regrettables. Lisez attentivement l’information suivante pour savoir si les inversions vous conviendront, ou si ce serait préférable d’opter pour les adaptations qui vous permettront d’éviter les inversions. Si vous avez un problème de santé, consultez votre médecin pour savoir si le yoga vous convient.

Les contre-indications selon l’expérience millénaire en Inde

Voici une liste non exhaustive des contre-indications sérieuses les plus communes qui ont été repérées par mes formateurs de yoga : l’hypertension artérielle, l’AVC, la commotion cérébrale, les maladies des yeux comme le glaucome ou le décollement de la rétine, les maladies de l’oreille interne comme la maladie de Ménière ou les étourdissements. Les femmes enceintes doivent éviter les inversions pendant le troisième trimestre, à partir du moment où leur bébé s’est placé tête en bas, en préparation à l’accouchement. Il y a aussi des conditions qui peuvent être irritées par les inversions, par exemple, les fragilités digestives comme le reflux gastrique. La pratique des inversions peut mener à une chute de pression, elle peut empirer la congestion d’une sinusite, provoquer un mal de tête ou une crise de migraine. Finalement, pendant les journées les plus fortes des règles, il est suggéré de ne pas maintenir une inversion pendant plus d’une ou deux respirations sur place.

Comment éviter les inversions :

Les postures inversées ne sont qu’une petite catégorie des techniques yogiques présentées ici et il est facile de les éviter en suivant quelques consignes simples tout en bénéficiant pleinement de la pratique du yoga. Dans la formation sur les bases du yoga classique, lorsque vous rencontrerez une inversions, vous apprendrez également chaque fois comment l’éviter. Par exemple, lors d’une flexion debout, vous pourrez vous pencher sur une chaise, en évitant de baisser votre tête plus bas que votre bassin. Afin de développer votre autonomie, prenez bien note des adaptations qui protègent votre santé.

Quelques précautions concernant les postures couchées sur le ventre

Lors de certaines séances, vous aurez l’option d’exécuter des postures en état couché sur le ventre, ou d’opter pour une adaptation qui vous permettra d’éviter d’augmenter la pression sur votre abdomen. Les postures qui s’exécutent couché sur le ventre constituent une catégorie de postures où certains adeptes de yoga ont vécu des effets physiologiques indésirables et regrettables; la prudence est donc de mise. Les contre-indications nommées ci-haut s’appliquent à la pratique des postures couchées sur le ventre également. En plus, les femmes enceintes doivent éviter les postures couchées sur le ventre, et ce dès qu’elles apprennent qu’elles sont enceintes. Contactez votre médecin pour savoir si le yoga vous convient.

Quelques précautions concernant la pratique du yoga pendant la grossesse

Tout d’abord, félicitations pour votre grossesse! Sachez que le yoga peut vous faire du bien pendant toute la durée de votre grossesse, vous permettant d’atténuer certains symptômes comme les nausées, la fatigue, et les douleurs du dos. Il est impératif d’être accompagnée pendant vos pratiques de yoga prénatal pour vous assurer de faire les bons choix lors de vos séances de yoga.

Selon mes formateurs de yoga, la pratique des postures est contre-indiquée pendant le premier trimestre. Si vous apprenez que vous êtes enceinte, cesser vos pratiques de yoga et contactez-moi pour recevoir une pratique personnalisée qui inclura des pranayamas, des relaxations, des méditations et des visualisations.

Si vous vivez une grossesse normale, vous pourrez reprendre la pratique des postures pendant le deuxième trimestre, mais il y a des techniques à éviter, par exemple, les torsions, les flexions latérales, les flexions qui compriment votre ventre, les postures couchées sur le ventre, et toute technique qui vous essouffle.

Pendant le troisième trimestre, les mêmes consignes s’appliquent et à partir du moment où votre bébé s’est installé tête en bas, il est contre-indiqué de faire des inversions. Le troisième trimestre est un excellent moment pour apprendre des techniques de yoga qui pourraient vous aider à accoucher en bougeant, afin d’aider votre enfant à venir au monde de façon naturelle. En effet, le yoga propose des postures, des mouvements, des visualisations et des techniques respiratoires pour accoucher en confiance et avec un sentiment de contrôle.

Contactez-moi pour bénéficier d’un suivi personnalisé pendant toute la durée de votre grossesse, et aussi pour la période post-natale : info@yoga-quebec.net.

En cas de douleur

Tout d’abord, vous devez comprendre que les techniques guidées dans mes séances ne devraient jamais, jamais vous faire mal. Si vous avez mal en exécutant une des techniques proposées, arrêtez tout de suite, car il y a un problème quelque part. Soit la technique ne vous convient pas, soit vous devez me contacter pour mieux comprendre les consignes.

Si vous gérez une douleur chronique ou aiguë, informez-vous auprès de votre médecin pour savoir si le yoga vous convient. Si votre médecin vous donne le feu vert pour une pratique de yoga, soyez très à l’écoute de vos sensations physiques et respiratoires pendant votre séance. Si la qualité et / ou la durée de votre respiration diminue, arrêtez car c’est un signe que la technique ne vous convient pas. Si votre douleur augmente pendant ou après la séance, arrêtez également. L’idéal, ce serait de recevoir une séance personnalisée de yoga.