Thème philosophique de l’automne 2020

Le stress créé par l’éclosion de COVID-19 se joue entre deux parties de notre cerveau. Les techniques qui nous mettent en contact avec nos sentis physique et émotionnel, comme le yoga classique, peuvent nous aider à nous sentir mieux, selon un récent article publié dans Psychology Today par Elizabeth A. Stanley Ph.D. (2020).

Les recherches récentes dans le domaine des neurosciences proposent un modèle double dans notre cerveau : le cerveau « des pensées » et le cerveau « de survie ». Le cerveau « des pensées » (néocortex) est verbal. Il pense, planifie, analyse et essaie d’anticiper et de trouver des solutions. Il est responsable des pensées qui tournent parfois inlassablement dans notre tête. Le cerveau « de survie » (cervelet, tronc cérébral et système limbique) est directement lié au corps et aux émotions. Il n’est pas verbal, contournant les pensées et activant plutôt les neurotransmetteurs et les hormones qui produisent des sensations physiques comme des douleurs, et des émotions comme l’anxiété.

Le dilemme actuel

Le cerveau « des pensées » n’aime pas l’incertitude. Il a besoin d’informations pour alimenter ses réflexions et pour trouver des solutions. Le cerveau « de survie » n’aime pas ce qui est nouveau, imprévisible et incontrôlable. Il cherche la sécurité. Pour satisfaire le cerveau « des pensées », nous écoutons les nouvelles, et nous sommes donc en mesure de prendre certaines décisions. Le problème, c’est que les nouvelles nous rappellent l’incertitude causée par la COVID, alors le cerveau « de survie » envoie des messages de stress à notre corps et à notre esprit, créant possiblement des douleurs et des émotions difficiles.

La stratégie

Le yoga classique est particulièrement efficace pour apaiser le cerveau « de survie » car vous écoutez ses messages en prenant soin de votre corps et de votre coeur. Pour la session d’automne, je vous propose des postures pour relâcher votre cou, vos épaules et votre dos, tout en renforçant votre colonne. Les pranayamas sont apaisants et enracinants. Je vous suggère de faire évoluer le bhavana :

Pour le forfait de septembre, je vous ai proposée de ramener votre mental dans l’instant présent afin de cultiver des pensées rassurantes.

Pour le forfait d’octobre, je vous ai proposé de prendre conscience de vos points d’appui et d’essayer de vous y déposer pleinement physiquement, mais aussi de vous ramener ici et maintenant mentalement.

Pour le forfait de novembre, je vous propose d’apaiser votre cerveau « de survie » en prenant le temps de vous connecter l’instant présent à travers vos sensations physiques et/émotionnelles, les éléments de la nature (terre, eau, feu, air, espace), ou encore votre coeur.